Poudre d’escampette… en zone de houle (volet 3)

Fin juillet,
Une nuit chaude, humide jusqu’à être suffocante, telle une nuit de Madinina égarée à Paname… Elle aime cette atmosphère où les soirs d’été, Miss obscurité s’emplit de murmures jusqu’à ce que Morphée gagne le bras de fer. Elle aime ce silence partagé où le jour attend patiemment qu’on lui cède la place pour enfin s’imposer.

Le réveil sonne et la voilà qui émerge…
Un rêve flotte encore au-dessus d’elle comme une couverture tressée d’instants éphémères.
Elle se lève avec résignation et cette sensation qu’une heure de plus ne serait pas du luxe.
Dans la rue des marteaux piqueurs font déjà entendre leurs voix, laissant planer un rempart de poussière diurne.
Ligne 12, elle se fraye un chemin dans l’allée du métro, passe devant un ado les écouteurs braillards collés aux oreilles ; un monsieur endimanché hurlant dans son portable des choses qui devraient rester privées ; une petite dame plongée dans son journal, la mine défaite, les lèvres pincées.
Finalement elle s’assoit face à une maman et son petit garçon, absorbés par leur conversation.
Elle ferme les yeux un instant et reprend sa respiration.

Ce métro, c’est une part de son quotidien : un concentré d’origines plurielles, qui cohabitent, parfois s’unissent, parfois se repoussent.
Au fil du temps elle est même parvenue a distinguer cette subtile empreinte que la culture appose à chacun de ceux dont elle croise le regard.

Mais aujourd’hui l’atmosphère du métro ressemble à une vitre fêlée, où tout semble l’irriter…
Il y a ce petit garçon qui répond à sa maman de manière évasive,
Il y a sa maman qui dissimule son enquête sous un voile d’empathie pour finalement exploser dans un : « Tu m’as menti !? ».

En un instant cette conversation tenace se matérialise en une dispute qui se propage dans tout le wagon, calfeutrant chaque recoins comme un isolant.
Plus de brouhaha, plus de musique, plus de téléphone, juste l’éclat de leurs voix.
L’enfant cherche un soutien, un secours auquel se raccrocher.
Elle n’ose laisser ce regard innocent dépasser le coin de ses yeux, elle ne peut s’immiscer, alors juste un sourire.
La réalité des enfants n’est elle pas faite de rêve, de jeux, et le mensonge ne s’y mêle t’il pas parfois sans qu’ils s’en rendent compte… ?
La maman finit par envelopper sa menace d’une drôle de grimace, le minot se lève dans un cri aigu doublé d’un rire, et cueille instantanément tous les sourires de ceux qui écoutent.
Une main malhabile, un geste inachevé, et voilà un tendre baiser posé sur son front.

Un vent de soulagement parcours le wagon comme dans le « Happy end » d’un film.
Tout n’était que densité, tout n’est plus que légèreté.

C’est l’essence même de ces instants anodins qu’elle souhaite partager encore, mais pas seulement…
Ces instants qui autrement resteraient à guetter sur les seuils des quais du métro, des arrêts de bus ou les coins de rue.

Mais Myopaname prend la poudre d’escampette, car il est venu le temps des vacances !

Joyeuses vacances !

Publicité

137 réflexions sur “Poudre d’escampette… en zone de houle (volet 3)

  1. L’émotion jusqu’aux larmes sur le précédent, l’émotion et la tendresse dans celui-ci avec un sourire engageant et cette simplicité, cette finesse qu’on retrouve dans tous vos textes. Conclusion : Je partage !

    Aimé par 1 personne

  2. Le métro est un lieu de passage dans lequel nous pouvons croiser des gens étonnants, mais également étranges avec des looks improbables et tout se mélange sans difficulté ! Vos récits m’ont accroché, ému, troublé, pourtant on parle ici du commun, de l’insignifiant, l’anodin. Belle lumière ! Bonne vacances, à Madinina ?

    Aimé par 2 personnes

  3. Oui un triptyque à travers des yeux débordant d’humanité ! J’aime beaucoup ! Celui du vieux monsieur est le plus puissant en émotion. Je rejoins totalement le commentaire d’Elisabeth plus haut ! Bravo pour ce partage et bonnes vacances.

    Aimé par 1 personne

    • Oh merci beaucoup… oui c’est vrai que le billet précédent a récolté plein de mots et de « j’aime » … 😀
      C’était l’émotion toute nue à laquelle le lecteur ne s’attendait peut être pas. Ce lâcher prise dans l’émotion c’est un peu une preuve de grande sagesse…
      Joyeux mercredi !

      J’aime

  4. Ta façon de raconter est touchante, je sens la fragilité et la détermination. Ca me parle et me donne envie de rouvrir mon blog, ou un totalement nouveau. Bravo pour les récits et « chapeau » pour tes photos. Je te suis et je partage !

    Aimé par 1 personne

  5. J’étais obligé de revenir puisque c’était la suite et en plus avec une fin heureuse ! Vous avez eu de très beaux commentaires encore une fois ! Si vous dites n’être ni écrivain ni photographe vous en avez le talent, ce n’est pas ce qu’on appel un don ? En tout cas bravo, j’étais captivé à chaque récit. je vous souhaite d’excellentes vacances et revenez avec plein de récits.

    Aimé par 1 personne

  6. Un vrai plaisir de vous lire, et les enfants, vous en parlez si bien. Moi aussi j’ai beaucoup aimé ces trois volets dans le métro, je suis curieuse d’une suite ? Comme l’a dit précédemment un blogueur : c’est comme un tableau que vous peignez ! impatiente pour les prochains. Passez d’agréables vacances.

    Aimé par 1 personne

    • … une suite… qui sait ce que demain m’offrira ? seul les émotions, les rencontres, les expériences me font écrire de façon spontanée en un déjeuner de soleil… 😀
      Merci pour l’abonnement, le partage et les mots.
      A bienôt

      J’aime

  7. C’est si joliment décrit, plein de poésie, d’authenticité (j’ai lu que vous étiez attachée à ce mot), de fragilité. C’est un vrai plaisir de lire vos récits. Belles vacances à vous.

    Aimé par 1 personne

  8. Des émotions fragiles a garder en mémoire. C’est l’essence même de la vie ce quotidien que vous écrivez avec toutes ces petites choses qui reveillent encore une fois l’emotion. A quand votre retour pour une suite ?

    Aimé par 1 personne

    • Oh merci Elise, on oublie trop souvent que ce sont ces mêmes émotions qui sont le sel de la vie et nous font sentir vivant… mais elles sont bien là, alors juste prendre le temps pour mieux les savourer 😀
      Le tourbillon de la vie ne doit pas nous faire oublier…
      Mon retour…? Une suite…? J’ai le sentiment d’avoir accompli beaucoup et mis en lumière bien des choses qui m’animent aujourd’hui… alors laissons le temps me dicter.
      Merci encore

      Aimé par 1 personne

  9. Je découvre aujourd’hui cette série de 3 récits, qui est géniale ! Je viens de partager à nouveau sur ma page FB. Tu ne brasses pas du vent, tu réveilles et embarques ton lecteur. Je te souhaite de très bonnes vacances !

    Aimé par 2 personnes

  10. 3 volets pour nous tenir en halaine avec nos émotions que vous nous renvoyez avec beaucoup de finesse. Je pense qu’a chaque fois que je laisse un commentaire j’utilise les memes mots 😀
    Chouette idée, belle plume et je rejoins tous les commentaires du Petit blog avisé ; d’Elisabeth et Pendragon… rien a rajoutter !

    Aimé par 2 personnes

  11. Je découvre un condensé de détails anodins chargés d’émotion qui ne demandent pour exister que la plume de celui qui les observe. En ouvrant tout grands les yeux. Il suffit juste d’avoir conscience que ces moments font le sel de la vie. Bravo pour ces récits.

    Aimé par 2 personnes

  12. Bonjour Myopaname,
    Vous voyez c’est l’histoire du vieil homme qui remporte les suffrages, vous avez plus de 50 bloggueurs qui ont appuyé sur le boutton « like » ! (Ça m’amuse et m’interesse de voir celui qui plait le plus des 3). Et là petit blog avisé et teddyrithme m’enlèvent les mots.

    Aimé par 2 personnes

  13. Tu passes de temps en temps chez moi, j’avais envie de te rendre visite à l’improviste. J’ai beaucoup aimé ton article, ta façon de dire les choses. Pour moi qui vis sur une île, c’est presque une découverte ces matins à Paname. Tes mots estompent délicatement la fumée d’un café noir (je ne sais pourquoi mais je l’ai senti) sur un matin tout juste éveillé… Merci du partage et bonnes vacances.

    Aimé par 1 personne

    • Oh merci de cette visite à l’improviste… C’est un plaisir de te lire ! Je m’allonge tout juste dans l’herbe à l’ombre du cèdre de mon jardin…! Les vacances débutent maintenant !
      Au plaisir au détour d’un mot…

      J’aime

  14. J’ai lu qq commentaires et je partage vraiment l’avis que tu as la fibre de l’écriture, une vraie sensibilité servie par une manière d’écrire qui est captivante. Ce sont des instants de vie qui prennent une couleur magnifique , un peu comme les photos de Doisneau

    Aimé par 1 personne

  15. Bonjour Myriam, tu me surprends encore une fois dans cette suite x3 !!!! Cet enfant et sa maman, j’ai adoré et l’onde que produit cette dispute dans ce métro, un régal à lire ! J’ai lu les commentaires précédents, et c’est trop beau aussi !!!!!! J’ai regardé les stats que tu m’avais fait suivre et je trouve ça grisant. Bravo !

    Aimé par 1 personne

  16. Very nice story . But sometimes there ‘s disapproving eyes of the people, when they don’t know the beginning of the story and think that becoming angry is not appropriate 😀 Très jolie histoire. Mais il y a parfois les yeux réprobateurs des gens, lorsqu’ils ne connaissent pas le début de l’histoire et pensent que se facher n’est pas approprié 😀
    Un plaisir de suivre ton blog.

    Aimé par 2 personnes

  17. Quel talent pour saisir ces instants de douceur, d’émotions, d’humanité, quand la vie fait tellement de bruit autour et en dedans. Quelle force pour les écrire alors que son énergie est une ressource si précieuse. Quelle générosité de les partager alors que le temps file si vite et qu’on voudrait l’arrêter.
    Puissance et légèreté à chaque paragraphe. Myo, oui vraiment, quel talent…

    Aimé par 1 personne

  18. Récits et photos vont tous dans la même trajectoire, avec toute votre singularité qui les signe. C’est un vrai plaisir pour l’imaginaire et les yeux. J’ai adoré ces 3 derniers. Le parisien que je suis doit reprendre le travail demain et je repousse cette idée autant que je peux pour prolonger les vacances et ne pas reprendre le métro, même si vos petites histoires me feront regarder autour de moi d’un autre oeil.

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup Chris…
      La fin des vacances ou d’ un week end… J’ai l’habitude de fermer le week end par un truc sympa comme aller sur les bords de seine ou canal ourcq ou st martin avec quelques Amis. ( avec un panier orné de quelques gourmandises)…ou se laisser porter par l’eau et flotter jusqu a la fermeture de l’aqua machin ( zero pub) … ou faire le tour de Paris en moto ( entre 23h et minuit), c’est délicieux…! Le but étant de prolonger la douceur d’une pause… 😉
      On ne veut jamais entendre parler de la fin… mais … 😀
      Bonne reprise !

      Aimé par 1 personne

Laisser un p'tit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s