Comme une pomme…

 

Septembre, ce mois où la douce saison de l’été joue les prolongations, où le soleil caresse encore sa peau…

 
Septembre, ce mois qui rime avec « reprise » : Les écoliers qui se bousculent, les étudiants nonchalants, les travailleurs pressés, ceux qui courent après leur bus…
Elle a décidé que rien n’affectera son humeur et que si elle n’attrape pas ce métro, ce sera le suivant.
Que son pied nu plongé dans une flaque d’eau finira bien par sécher.
Que le sourire arraché à la boulangère, c’est toujours ça de gagné.
Que le chien qui vient de tacher son pantalon avec ses pattes humides pour lui dire bonjour, a bien eu raison.

 
Elle est une femme joyeuse, volontaire, indépendante, présente sur tous les fronts a croquer la vie comme on croque une pomme.
Elle est une maman, celle dont on se souvient la main douce et fraiche portée sur votre front quand enfant fiévreux vous cherchiez le réconfort. Celle qui prépare les tartines du petit déjeuner avant que la journée annonce son coup d’envoi.
Elle est l’amie qui partage des instants futiles, joyeux, mais aussi les pleurs quand tout déborde.

 
Septembre, ce mois où un mot doit violemment rentrer dans son vocabulaire : Le cancer… le crabe !
Le jour où il s’impose à elle, ses sentiments oscillent entre interrogation, inquiétude et incrédulité.
Sa tête tourne, les mots se bousculent, elle croit chavirer, elle se ressaisit.
Commencent alors mille et une requêtes sur internet pour en savoir plus. Elle se retrouve dans tout ce qu’elle lit. Parfois emportée dans des détails optimistes, parfois non… les questions s’enchainent, les angoisses aussi.
Elle craint les réponses évasives, les contradictions, mais tout finit par s’éclaircir, se confirmer et vient le moment où il faut enfiler ses bottes de soldat, débusquer ce fauteur de trouble et le chasser !
Elle sait qu’il ne disparaitra pas, par la seule force de sa volonté, que ce redoutable traitement, ce protocole médical sera son allié et peut être même son héro…
S’enchaînent les jours sans, où il faut se faire violence pour avancer et ceux où l’envie est là… l’envie, ce fameux moteur de l’existence.

 
Elle prie Dieu, Yahvé, Shiva, Bouddha…
Elle remercie son oncologue, les chercheurs…

 
Elle se concentre sur ses enfants et veut leur montrer que la vie est faite de petits bonheurs a savourer, qu’il faut foncer, être acteur, ne pas perdre de temps. Elle a conscience de la fragilité de chaque instant, que ceux partagés avec famille, amis gagnent en puissance : les tendres « hug », les sourires, les disputes, les fou rires… sont comme un bouclier qui la rend plus forte.

Le temps a passé, et aujourd’hui face au miroir elle scrute son visage, et découvre quelques rides qui sont là comme pour confirmer que c’est elle qui a gagné !

 

Dans la rue elle prend le temps d’observer toute cette agitation :
L’enfant qui tire sa maman pour l’entrainer dans le square ; l’homme qui trébuche et se rattrape in extremis à un lampadaire, ou celui qui réajuste sa cravate dans le reflet d’une vitrine ; la vieille dame qui traverse si lentement que les voitures impatientes la klaxonne à tue-tête…
A cet instant elle savoure cet infini plaisir nourri de petits riens, elle a aussi envie de crier « Towandaaaaa », cri de guerre dans ce film qu’elle affectionne tant « beignets de tomates vertes », comme pour signifier qu’elle est vivante.

 
Oui chaque jour est une vie… elle le sait, et elle la croque comme on croque une pomme.

 

A la femme, la maman, l’amie…
« On traverse cette vie comme le vent sur le champs de blé, parfois chaud et étouffant, tantôt violent et pluvieux, parfois même telle une brise il caresse à peine les tiges de peur d’en perdre quelques unes »
Benhamada Nawel

Photo de Myo prise par son plus jeune fils
IMG_0908.JPG

Publicités

23 réflexions sur “Comme une pomme…

  1. Tes mots ne trainent pas sur ce qui fait peur ou mal mais vont directement à l’essentiel : la vie
    J’apprecie ta façon d’aborder ce sujet et je sais encore une fois que plein de personnes s’y retrouvent.
    Je soupconne une emotion qui n’est pas du domaine de l’imaginaire mais tirée de ton experience directe ou pas…

    J'aime

  2. In frensh… my father’s frensh. The American population continues to experience the highest incidence of cancer and deaths from this « crabe ».
    Vous écrivez avec beaucoup de simplicité et sans gravité. C’est très beau.

    J'aime

  3. Une lecture légère sur un sujet difficile, c’est fort! On a tendance à lire des histoires qui nous font sortir un mouchoir ou qui nous rendent « spleen ». Cette fois ci je fini ma lecture avec une émotion sans lourdeur, gravité ou malaise. Au 21è siècle, les femmes se battent sur tous les fronts et le crabe en est un, avec le cancer du sein qui a emporté 2 membres de ma famille. Alors merci d’en parler et d’y avoir adopter ce ton, sans fioriture! Bravo

    J'aime

  4. Comment dire … Comment t’expliquer que septembre ne rime pas avec reprise ? Ni rime pauvre, ni rime riche, ni féminine ni même masculine 😉 !!!
    Chaque jour est une vie ma MyoPaname et regarde ce que j’ai pour toi: http://www.youtube.com/watch?v=lN1WyPd_dj0
    Tu as raison, chaque jour est une chance et ces mots, tous ces mots écrits si joliment par toi sont si délicats, que l’on en oublierait presque le boulet de canon reçu en lisant ces lignes.
    « Chapeau bas » comme dit plus haut Aurélie.
    Cuidate mucho.

    J'aime

    • Lorsque tu commences en disant « comment t’expliquer… » je suis déçue… car ici je ne donne de leçon de vie à personne ! J’ose juste à travers mon expérience perso, ouvrir une petite brèche d’espoir. Libre à chacun de s’y engouffrer ou pas… Et donc septembre se matérialise ainsi pour « elle » 😉
      Si mes mots t’ont presque fait oublié… alors c’est que mon vécu a plus de prise sur la vie que ce… 😉
      Merci Sacha

      J'aime

      • Je suis genée que tu sois déçue et que tu ai pris cela comme une leçon. Très loin de moi. Maladrese. C’était de l’humour car effectivement septembre c’est la reprise, la remise en route (en hémisphère nord) et chez nous c’est également une autre remise en route ; celle du printemps qui s’installe 🙂 la sève… la vie…
        Tes textes sont beaux et je prendrais toujours plaisir à les lire.
        Je t’embrasse.

        J'aime

Laisser un p'tit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s