Et demain…

Un ciel lumineux et limpide, un soleil de plomb, une ligne de départ pour une course de relais.
Les pieds calés dans les starting-blocks, le témoin blotti précieusement dans la main, une goutte de sueur perle sur sa tempe pour marquer sa concentration, sa détermination.
Il aime ce silence qu’impose le soleil, comme à l’heure de la sieste au pays des cigales. Silence et vent de fébrilité, d’impatience planent sur le stade.

Le vent…
Il pourrait être les Alysées soulevant des ambruns vanillés, une bise enivrante annonçant le printemps ou le mistral si puissant, doté de ce caractère dominant tel la région qu’il traverse.
Il est tous ces vents à la fois…

Il y a son sourire, la couleur de sa peau, de ses yeux, mais pas seulement ! Il y a la façon dont il voit le monde, sa part de singularité, ses origines plurielles, son passé, son histoire, son sang, son nom, comme les morceaux d’un puzzle qui composent son héritage.

Cet héritage le définit avec puissance, il définit le cœur de son esprit.

Alors aujourd’hui, porté par l’ivresse de la détermination, de l’envie, il va courir pour transmettre le témoin, comme il rêve de transmettre sa culture, son histoire…
Transmettre pour donner des repères, des références, se forger une identité.
Transmettre pour espérer la continuité des siens et secrètement de l’humanité, riche d’expériences, de racines, de diversité.
Transmettre pour ne pas voire ce puzzle abandonné dans quelques vieilles boîtes au fond d’un grenier sans âme.
Transmettre pour lutter contre l’oubli.
Transmettre pour ne pas ressentir la douleur du vide, comme si on lui ouvrait la main de force pour lui prendre ce qui lui appartient.
Transmettre pour que ses suivants n’aient jamais le désir d’arracher ses racines auxquelles il tient et souffler dessus pour en ôter la terre.

Alors l’athlète lève les yeux vers l’horizon et furtivement effleure cet infini plaisir d’imaginer ses enfants, ses petits enfants porter ce témoin et le transmettre à leur tour.

Un éclat de lumière ricoche sur le starter…
3… 2… 1… Top départ !

 

 

Publicités

70 réflexions sur “Et demain…

    • Oh mon cousin, tu le dis si bien…
      Trébucher est inévitable… se relever ne doit pas être une option mais bien plus encore.
      PS : si tu partageais un peu du soleil de Madinina avec Paname… 😀

      J'aime

  1. Individual situations are valuable to our identity and thus becomes part of our life experiences and also part of our heritage. You describe what is essential. I appreciate your vulnerability. Keep writing!

    Aimé par 1 personne

  2. Un lecteur plus haut dit : « envie de courir avec lui » ! C’est ça ! Votre écriture est cette fois-ci rythmée comme cette course. l’enjeu y est énorme. Merci pour ce partage, qui lui est sans enjeu (sourire encore).

    Aimé par 1 personne

    • Un enjeu… quand je vois mon fils atteindre ses 18 ans dans quelques jours, il y a quelque chose comme cela, mais ça ne sonne pas comme un enjeu, plutot comme un souhait.
      Je vous renvoie un sourire… dénué d’enjeu 😀
      Merci

      J'aime

  3. J’avais senti à la lecture des commentaires que vous reviendriez sur ce thème : l’héritage ! J’avais dit que vous emmeniez le lecteur où vous le souhaitiez, peut être que nos commentaires vous ont emmenée jusque là ? Les images puissantes que vous utilisez m’ont touchées.

    Aimé par 1 personne

    • C’est un peu ça, attentive à ce qui m’est dit, les mots des uns et des autres m’y ont conduite… Je suis particulièrement émue que ces images vous aient tant parlé car en les écrivant j’étais boulversée et espérais secrètement que cette émotion puisse être partagée.
      Merci mille fois

      J'aime

    • Oh…transmettre en racontant ou en écrivant mais aussi à travers des photos, afin de laisser une trace de sa propre existence, de son vécu, de ses expériences.
      Il y a aussi les rituels, les gestes ou les pratiques religieuses mais pas seulement… Il y a également les habitudes propres à chaque famille. … Et encore…

      J'aime

  4. Derrière votre écriture il y a vous. Vous faites partie de ceux qu’on appelle « idéaliste » ( je ne suis pas le 1er a vous faire un commentaire à ce sujet. Cf commentaires sur vos textes de 2014) et vous rentrez exactement dans la définition qu’on trouve partout : Vous cherchez des vérités profondes et vous vous exprimez par métaphores. votre réalité n’est elle pas un peu trop « merveilleuse »? N’est ce pas maquiller la réalité?

    J'aime

    • Je ne crois pas que les deux choses s’opposent fondamentalement , car on peut etre idealiste , avoir des ideés progressistes , etre militant, et être tres bien ancré dans la realité . Je n’ai pas accepté votre second commentaire car votre « expérience de l’age », comme vous le dites n’excuse pas votre manque de respect à mon égard. Si mon regard est trop idéaliste selon vous, c’est probablement parceque nous ne regardons pas les choses de la vie sous le même angle.

      J'aime

  5. Le texte qui m’a fait découvrir Myopaname : « Comme une pomme… » ! Depuis j’y reviens par ce que même une chose anodine devient magnifique. Un peu comme un projecteur porté sur quelque chose qu’on croise tous les jours mais qu’on ne voit plus. Merci de cette mise en lumière.

    Aimé par 1 personne

  6. Une quête identitaire sur laquelle il y a tant à dire ! Dans votre récit il y a bien les valeurs collectives et celles individuelles, les attaches auxquelles on ne veut renoncer : votre main ouverte de force, ou les racines dont on enlève la terre. Le sujet est immense, votre récit court mais complet. Un bel essai.

    Aimé par 1 personne

    • Oh oui ! Tant de questions sous jacentes : la place de l’héritage dans la construction de soi ; les tensions entre le collectif et l’individuel ; l’exil ; le déracinement…. J’y reviendrais.
      Merci

      J'aime

        • La perte du sentiment de s’inscrire dans la continuité d’une l’histoire, d’une culture …. un grand mal. Sujet très difficile à aborder, avec tant a dire. Ce n’est pas évident à son âge où tout raisonne souvent comme des points d’interrogations, et où l’apprentissage de la connaissance de soi n’en est qu’a son frémissement.

          J'aime

  7. Et on pourrait espérer que le monde se porte mieux si la mémoire de chacun n’était pas reniée. Votre texte est plein d’espoir et autant de dose d’idéalisme vous avez, autant d’espoir vous apportez. Finalement tellement dans l’actualité de tous ! Merci du partage.

    Aimé par 1 personne

  8. Je m’amuse à lire les commentaires des uns et des autres et vos réponses qui alimentent un peu plus votre texte ! Précédemment vous disiez que c’est un cadeau. Ce texte n’a rien à voire avec les précédents. Sujet vaste. c’est épuré et fort. Ce blog, c’est un peu votre héritage perso pour les votres ?

    Aimé par 1 personne

    • Un cadeau d’oser écrire, d’encourager, juste sourire… Si le sujet est vaste je n’ai fait que l’éffleurer. Mais ce sujet fait partie de mon « essentiel ». Ce blog est en quelque sorte une emprunte pour les miens 😉

      J'aime

  9. Pingback: Et demain… – Amrita Mentoring

  10. Coucou Myo,
    Je viens de découvrir ton superbe billet par l’intermédiaire de Grégory d’ @amritamentoring . 🙂
    La « course de relais », l’athlète, pour parler de la transmission : formidable ! Ton texte montre, comme un film, avec toute ta poésie, ce que j’ai dit d’autres façons sur la tradition…. (j’ai mis un ping vers ici en espérant que cela marche)

    Aimé par 1 personne

Laisser un p'tit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s