La vie c’est beaucoup trop pour être insignifiant…

L’été,
cette saison où les minutes s’allongent pour retenir chaque seconde et se blottir dans l’instant présent,
juste se soumettre au délice du soleil et regarder la terre engourdit de chaleur.

L’été à Paname…
C’est la tempête de ciel bleu, les pavés brulants, les murs éclaboussés de lumière.
C’est l’éphémère tels des pétales entrainés dans une fuite, une inquiétude ailée.
C’est la quête du moindre raie d’ombre dans l’intimité des murs, les portes cochères, le velours vert des feuillages.
C’est le saule pleureur de l’île de la Cité, les feuilles tombant dans l’eau comme autant de reproches muets à notre terre vieillissante.
C’est cet instant bref et fort lorsqu’une nuée d’oiseaux prend son envol dans une explosion d’ailes et de soleil.
C’est le marchand de ballons, accroché à sa grappe multicolore, provoquant l’envie des enfants dans un écho sans fin.
C’est…

Aujourd’hui aux portes de l’automne, le soleil tardif rejoins le firmament nuageux dans une déchirure couleur souffre…
Finit la belle saison !?
Finit les chaudes et délicieuses matinées à errer sans autre but que la sensation fugitive de l’instant présent !?

Déjà le jour est entré dans sa maison pour la pousser dehors.
La voilà qui court comme pour vivre la prochaine minute avant celle du présent…!

Emportée par le flot dense et désordonné, elle sait bien que Paname est là pour imposer toujours et encore son rythme à toutes ces vies qui se croisent. Des vies pour faire émerger une étincelle parfois saisie à la volée ou dissipée comme un nuage de lait dans un café.

Aaaah si les secondes étaient plus espacées, elle pourrait se faufiler, s’échapper, les devancer…

Elle se fraye un passage dans le brouhaha épais.
Enivrée… tout à coup cette nausée qui coince le cœur dans la gorge, cogne contre ses tempes et l’immobilise.
STOP !!!

Aussi discrète qu’une virgule dans un roman de 500 pages, elle envoie un sourire comme une brèche dans l’anonymat.
Une main tendue et son cœur prêt à exploser comme une gerbe de confettis.
Une rencontre improbable dans la banalité d’une journée d’automne, provoquée par l’audace d’un sourire…
Dans leur regard, le temps s’éternise comme un long discours, jusqu’à prendre l’allure d’une lente succession de secondes prétentieuses.
Il la regarde comme si elle était une effraction à la réalité.

Le tumulte des klaxons,
La sirène des pompiers pour leur voler leur instant…

Elle se détourne avec cette envie de respirer le monde à plein poumon, refusant de regretter, d’oublier cet instantané de vie.
Elle sait déjà qu’elle le rangera comme on pli un vêtement et le serrer dans un placard avec tout ses souvenirs.

La vie ce n’est pas seulement respirer, c’est avoir le souffle coupé…

Premiers mots volés à Charlie Chaplin
Mots de la fin volés à Alfred Hitchcock

Publicités

231 réflexions sur “La vie c’est beaucoup trop pour être insignifiant…

  1. « Le bonheur est un parfum que l’on ne peut répandre sur autrui sans en faire rejaillir quelques gouttes sur soi-même »
    Vous avez de qui sont ces mots ?
    Le bonheur ce sont ces tranches de vie que vous décrivez, c’est aussi cette pause lecture. Pour reprendre Elisa : sacrément « tumultué » en vous lisant.

    Aimé par 1 personne

  2. Beautifully penned… I liked the moments that you evoke through your words, as they made me think that the most priceless moments are ephemeral. and yet, most times loaded of feelings, despite the fact that they could seem dispensable at first sight!.
    Sending love and best wishes. Aquileana 😀

    Aimé par 2 people

    • thank you so much … your words make wonderful mine. What is important and essential in life is the authenticity of each moment, whether major or tiny or insignificant … becaufe nothing is insignificant!
      thank you so much
      sweet weekend
      Send magical wishes to you and love

      Aimé par 2 people

  3. J’aime particulièrement la dernière phrase de Hitchcock.. il ne faut pas seulement respirer mais il faut avoir le souffle coupé… oui il faut toujours regarder autour de soi pour en voir les belles choses et rester positif.
    Bonne semaine à toi et merci de tes visites chez moi.
    chatou

    Aimé par 1 personne

  4. Un très beau texte Myo, comme tu sais les écrire avec tes émotions et ta sensibilité… J’aime cette fin d’été dont tu parles et les bouffées de nostalgie qu’elle amène dans son sillage. J’aime moins l’été car je ne supporte plus la chaleur mais je n’aime pas novembre tout déplumé et pluvieux… On va s’y faire, il faut passer l’hiver « avec le souffle coupé », en plus, ça va être chaud ! 😆 Bisous

    Aimé par 1 personne

  5. Pas de nouveaux mots aujourd’hui alors j’ai relis ceux-là et j’ai revu plein d’images dans ma tête.. j’en ai éprouvé autant de plaisir que la première fois et ressenti autant d’émotion.
    Merci de tes passages chez moi.
    Bon dimanche chère poète.
    chatou

    Aimé par 1 personne

    • Meilleurs vœux pour une nouvelle année remplie de bonheur, dont la recette magique serait la suivante :

      Un zeste de réussite

      Un soupçon d’imprévu

      Une pointe d’humour

      Le tout arrosé de bonheur et d’amour!

      Et 2017 aura une saveur inoubliable

      J'aime

Laisser un p'tit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s