Un sourire, un mot… des vies

Le ciel, le sol et la pluie qui ne forment qu’un, pour se fondre en une pellicule scintillante.
Le silence comme s’il sanglotait …
Instantanément, la pluie qui cesse et le soleil qui fait son entrée, comme s’il baillait après la sieste.
Le délice de cette lueur de l’aube qui se faufile dans sa chambre, rampe jusqu’à elle pour caresser son visage et la réveiller.

Elle se lève, ouvre la fenêtre, livrant la pièce à ces rayons matinaux qui tiennent la promesse d’une journée radieuse…
Une lumière cuivrée, douce, presque vivante qui vient l’envelopper pour un « Bonjour …».

Emmaillotée dans un châle, elle regarde l’horizon comme on regarde une affiche de cinéma… ses pensées font du bruit :

Il y a Dame Nature, s’ébrouant encore sous la respiration du vent pour émerger de son sommeil.

Il ya cette femme qui marche seule dans la rue, la vie devant elle et chacun de ses pas qui ressemblent à des mots qu’on ne prononce pas. Il lui suffirait de les guetter pour les recueillir comme on reçoit une confidence.

Plus loin il y a cet homme qui parle si fort que même ses mots les plus courts semblent ornés de voyelles supplémentaires. Pourtant il sait que sa voix ferme ne franchira pas le barrage du sourire de celle qui l’écoute. Ce sourire qui appelle le meilleur en lui…

Et puis cet enfant qui a trébuché pour s’étaler de tout son long, dont les cris se propagent dans toutes les directions… se heurtent au silence, rebondissent pour trouver une sortie et s’évanouir dans les mots réconfortants de sa Maman.

Assis sur un banc au pied du chêne, un vieil homme, le dos courbé sous le poids d’une tristesse sans nom, les yeux plongés dans ceux d’une femme. Le temps semble suspendu de part et d’autre de son sourire de femme aimante, un sourire chargé d’une énergie silencieuse qui commande l’espoir…

Elle se souvient de cette enfant lisant à voix haute un livre d’histoire, dans le métro… et la sensation furtive que tout le wagon, suspendu à ses lèvres, était plongé dans une bulle de mots, un halo d’innocence…

Elle se souvient aussi ce conducteur de la ligne 12, annonçant avec une voix d’hôtesse, les prévisions météorologies, quelques conseils bordés d’humour pétillant et un inattendu « Agréable journée à tous », inondant sa rame de bonne humeur.

Un frisson court sur sa peau comme le vent effleure l’herbe…
Alors elle laisse tomber ses pensées comme des miettes de pain, pour aller respirer toutes ces intentions murmurées, et ces sourires qui vibrent jusqu’à contaminer l’air…

Se peut il que les mots ou les sourires soient vivants ?
Se peut il que les mots ou les sourires fassent taire les blessures et redonnent l’intensité aux couleurs ?

/En illustration un pochoir de Bansky, personnalité majeur de l’art urbain international/

Publicités

Et si demain était une… porte

Janvier 2015
Une journée ordinaire…

Son sac mis en bandoulière, ses dossiers sous le bras, un dernier coup d’œil dans le miroir, elle souffle sur sa frange levant les yeux au ciel…
Reste à traverser le couloir enveloppé d’une lumière chaude, fermer la porte et se précipiter dans l’air du temps, dans le rythme tourbillonnant de Paname…
Contemplant un instant ce couloir doté d’une ambiance de film, elle s’octroie un arrêt sur image : Dans une légère pénombre, les rayons du soleil striaient le corridor de traits réguliers mettant en lumière les milliers de particules en apesanteur. Baignant dans un clair-obscur, les nuances de cette lumière contrastante soulignaient les portes affleurant les murs qui les encadraient.

Les portes…
Plus elles sont vieilles et plus elles portent les louanges ou les outrages du passé, les bienveillances ou les colères de ceux qui les ont poussées.
Combien de vies, de destins s’y sont succédés…?

Non, nul besoin de soulever la poignée ou de toquer… ces portes là invitent à un voyage :
Symboliquement, elle s’avance devant la première, fébrile de ce que son imaginaire lui commandera.
A peine entrebâillée, le silence précieusement gardé vient l’envelopper. Ce silence qui fait du bien à l’âme, celui qui autorise à se livrer comme dans un cloître où l’on se recueille. Ce silence, où la raison, empreinte du passé, des expériences, des intuitions, s’efface pour laisser l’âme en paix.

Délicatement, elle se plaque contre la suivante : Des murmures d’enfants terminant en éclats de rire, le bruit sourd d’une bataille de polochons… tel une bouffée d’innocence et de souvenirs.

Forte de ce bien être, elle court rejoindre une porte usée par le temps, sculptée avec soin, empreinte de la main de son ébéniste : Derrière, une seule bougie vient éclairer la pièce, soutenue par le feu de la cheminée qui crépite. Les ombres des flammes viennent habiller les murs et caresser la silhouette d’un vieil homme. IL est la sagesse. Il est celui qui a appris de la vie. Il lève les yeux sur elle, elle lui renvoie un sourire car elle sait déjà que la sagesse commence par la connaissance de soi et signifie la fin de ses craintes, forte de l’amour et de l’amitié de ceux qui l’entourent sans négociation aucune…

Une grande respiration et la voilà devant une porte multicolore qui lui ressemble : Sans hésitation elle la pousse. S’échappent alors des parfums qui annoncent le voyage, qui la renvoient à ses origines qu’elle porte si fièrement. Et s’il n’existe pas dans le ciel deux flocons de neige identiques, elle sait qu’elle sera toujours la différence d’un autre. Cette même différence qu’elle cultive pour enseigner aux siens la tolérance et le respect de la diversité. C’est si grisant de côtoyer d’autres cultures et de partager…

Un courant d’air chaud l’attire. Elle résiste et décide de ne pas tourner la poignée. Délicieusement, elle s’adosse contre ce bois qui semble respirer, vibrer.
Tour à tour, parfum de pluie, de sable chaud, herbe gelée, onde glaciale ou Alysée viennent chatouiller ses sens. Ce sont les saisons… Un frisson de plaisir vient la secouer, elle voudrait toutes les embrasser.

Dans un grand bruit ses dossiers viennent de lui échapper pour s’éparpiller sur le sol.
A la hâte elle les rassemble car il est temps.
Il est temps d’ouvrir la porte de la maison, de filer droit dans le tumulte, les bruits, les lumières de l’air du temps de 2015.

Et si cette nouvelle année lui semble une porte massive chargée d’inconnues, c’est avec assurance qu’elle devrait la franchir…